«L’économie francilienne est à un tournant, qui l’oblige à repenser ses pratiques.»

Un constat dressé par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme d’Ile-de-France (IAU), dans une étude publiée hier anticipant la situation économie francilienne dans huit ans. D’ici à 2025, la région devra faire face à de «profondes mutations». Parmi elles, figure la montée en puissance de nouvelles manières de travailler, comme les incubateurs de start-up, les espaces de co-working, les emplois en freelance ou encore le télétravail. Le salariat «classique», lui, devrait décliner.

Selon l’institut, l’économie francilienne doit également s’orienter vers l’écologie, avec un «marché considérable» dans la production d’énergies renouvelables. Enfin, la «silver economy» représente aussi un «fort potentiel», en sachant qu’en 2025, un Francilien sur quatre sera âgé de plus de 60 ans.

A l’inverse, l’automatisation grâce aux nouvelles technologies pourrait détruire des centaines de milliers de postes, notamment chez les ouvriers, les caissiers ou les manutentionnaires.

R. TANG/REX/SIPA

Retrouvez l’article dans son contexte original sur cette page.