L’autoconsommation photovoltaïque, est-ce rentable ?

Au pays de l’électricité nucléaire soi-disant bon marché, est-il pertinent, sur un plan strictement économique, de produire soi-même sa propre électricité solaire pour la consommer ? La question mérite d’être posée, et vous pourriez être surpris de la réponse…

Installateur de photovoltaïque basé à Pamiers en Ariège, intervenant également en Haute-Garonne, nous vous avons montré ici que l’électricité avait déjà beaucoup augmenté, et qu’elle allait encore beaucoup augmenter dans les années à venir : 28% de hausse en 5 ans de 2009 à 2014, et un probable doublement d’ici 2030 !

Le saviez-vous ? A peine un tiers de votre facture d’électricité correspond à votre consommation. Le reste ? Près de 40% de taxes diverses, et plus de 20% pour l’acheminement…

Bien sûr, en produisant localement vous-même votre propre électricité, vous feriez l’économie du transport et des taxes. Mais combien paieriez-vous pour l’électricité solaire ? C’est précisément ce que nous allons voir ensemble au fil de cet article.

Votre facture d’électricité

Si vous regardez votre facture d’électricité dans le détail, vous vous apercevrez que la fourniture d’électricité ne représente qu’une petite partie de cette facture : tout juste un tiers.

Le reste, ce sont des taxes, de l’acheminement, d’autres taxes, de la TVA…

Prix de revient de l’électricité photovoltaïque

Les panneaux photovoltaïques sont garantis 25 ans.

Combien coûte l’électricité que vous produisez pendant 25 ans avec des panneaux photovoltaïques destinés à l’autoconsommation ?

Prix de revient de l’électricité photovoltaïque*
Taux d’autoconsommation 50 % 70 % 100 %
Nombre de kWh autoconsommés en 25 ans 45 000 kWh 63 000 kWh 90 000 kWh
Prix de revient du kWh autoconsommé 17,21 c€ 12,29 c€ 8,60 c€
Prix moyen du kWh venant du réseau en Janv. 2016 : option base** 19,90 c€ 19,90 c€ 19,90 c€
Prix moyen du kWh venant du réseau en Janv. 2016 : option HC HP** 16,59 c€ 16,59 c€ 16,59 c€

*Pour un 3 kWc en surimposition, exposé plein sud en Ariège

**Source des données : base PEGASE (acronyme de Pétrole, Électricité, Gaz et Autres Statistiques de l’Énergie), statistiques de l’énergie rassemblées par le Service de l’observation et des statistiques (SOeS).

Electricité solaire : autoproduction ou autoconsommation

La quantité d’électricité solaire produite par un système photovoltaïque est définie uniquement par sa puissance, son orientation, sa localisation, son inclinaison, et la présence éventuelle de masques.

Les panneaux photovoltaïques étant garantis pendant 25 ans, on peut tranquillement tabler sur la production totale obtenue en 25 ans pour calculer le prix de revient de l’électricité solaire autoproduite.

Mais si on se contente de rapporter cette quantité d’électricité au prix de l’installation, on obtient le prix de l’électricité solaire autoproduite, pas celle de l’électricité autoconsommée.

La distinction est pourtant très importante !

L’électricité autoproduite, c’est la quantité d’électricité que le système photovoltaïque aura produit. L’électricité autoconsommée, c’est la quantité d’électricité autoproduite qui aura été consommée sur place par le producteur. La différence entre les deux ? C’est l’électricité autoproduite que la maison n’aura pas réussi à consommer, et qui aura donc été injectée gratuitement sur le réseau.

Pour maximiser la quantité d’électricité solaire autoconsommée, il existe plusieurs solutions :

  • Sous-dimensionner l’installation photovoltaïque par rapport aux besoins électriques de la maison : de cette façon, on est sûr de ne jamais avoir de surplus. Mais on minimise aussi gravement le potentiel d’économies à réaliser…
  • Equiper l’installation photovoltaïque d’un système de batteries, pour stocker l’électricité solaire qui est produite en excès à l’instant T et la consommer plus tard, à la nuit tombée. C’est une excellente solution, mais relativement coûteuse.
  • La solution intermédiaire consiste à dimensionner soigneusement l’installation photovoltaïque par rapport à la consommation de la maison, et à l’équiper d’un dispositif d’optimisation : son rôle est de décaler dans le temps les consommations pour les faire coïncider le plus possible avec le moment de la journée où le potentiel solaire est le plus important. C’est exactement le même principe que la gestion des appareils en heures creuses ! Sauf qu’au lieu de faire fonctionner les appareils la nuit pendant que l’électricité du réseau est la moins chère, on les fait fonctionner en pleine journée quand l’électricité… est gratuite !

Prix de revient et taux d’autoconsommation

50% d’autoconsommation

Dans le tableau ci-dessus, le taux d’autoconsommation à 50% correspondrait à une installation photovoltaïque surdimensionnée par rapport aux consommations électriques de la maison, dépourvue de tout système d’optimisation ou de stockage, et dont les utilisateurs n’auraient pas du tout adapté leur comportement.

Un peu comme si vous bénéficiiez d’un tarif heures creuses heures pleines, et que vous faisiez systématiquement tourner tous vos appareils en heures pleines…

Ceci dit, même dans ces conditions tout sauf optimales, le prix de revient de l’électricité photovoltaïque est déjà compétitif par rapport à l’option base du fournisseur historique. Et compte tenu de la hausse rapide à venir de l’électricité provenant du réseau, un prix du kWh fixe pendant 25 ans à 17,21 c€ est de toute façon une très bonne affaire !

70% d’autoconsommation

Pour atteindre les 70% d’autoconsommation du tableau ci-dessus, il faut équiper son installation photovoltaïque d’un système d’optimisation tel qu’IndepBox Power de Comwatt. Ce système permet de piloter les appareils électriques les plus consommateurs pour les faire fonctionner quand la production photovoltaïque est à son maximum.

Ceci requiert d’adapter un peu son comportement : il faut apprendre à faire fonctionner ses appareils en heures solaires, et non plus en heures creuses. Mais le système IndepBox vous aide dans cette adaptation, en vous donnant un moyen de voir ce que vous consommez en temps réel.

Ce que les compteurs Linky ne font pas en matière d’information du consommateur, IndepBox le fait, lui !

100% d’autoconsommation

Pour arriver à 100% d’autoconsommation sans avoir sous-dimensionné l’installation photovoltaïque, on fait le plus souvent appel à un parc de batteries tel que l’armoire précablée Self Power par exemple.

25 ans d’électricité à prix fixe

On a déjà vu, dans le tableau comparatif ci-dessus, que l’électricité solaire photovoltaïque autoconsommée est déjà compétitive, en 2016, avec celle provenant du réseau. L’idée n’est pas de se débrancher du réseau – vous en aurez besoin la nuit et les jours de mauvais temps – mais de diminuer le plus possible votre recours à l’électricité du réseau.

Toute l’électricité que vous aurez produite et consommée sera autant d’électricité en moins sur votre facture EDF. Autant d’électricité que vous paierez moins cher tout de suite, et pendant longtemps ! Au fil des 25 ans de la garantie des panneaux photovoltaïques, l’électricité du réseau va devenir toujours plus chère. L’économie que vous faites aujourd’hui en 2016 sera de plus en plus importante au fil des années.

Si un fournisseur d’électricité vous proposait un contrat dans lequel il s’engageait à ne pas augmenter ses tarifs pendant 25 ans, l’accepteriez-vous ? Bien sûr ! Cette offre n’existe pas, mais vous pouvez vous la faire à vous-même, grâce au photovoltaïque en autoconsommation 🙂

Installateur photovoltaïque qualifié RGE QualiPV, nous réalisons pour vous une étude pour une installation photovoltaïque destinée à l’autoconsommation, et nous vous proposons différentes solutions techniques, avec leurs avantages et leurs inconvénients respectifs pour que vous puissiez comparer et choisir en connaissance de cause la solution qui répond le mieux à vos attentes.